Changement d’alimentation, comment commencer ?

Changement d’alimentation, comment commencer ?

Tout d’abord, je ne savais que j’en avais autant, quand j’ai commencé mon travail de remise en forme. J’ai fait le test qu’en 2010…

  • Je vous rappelle qu’à l’époque internet n’existait pas…

C’est un ostéopathe qui m’a dit de changer d’alimentation car j’avais un problème d’acidité dans le corps.

Comme vous pouvez l’imaginer je n’ai rien compris, donc je suis allée voir un homéopathe.

Ce médecin suivait la méthode Kousmine, et donc m’a fait démarrer avec les petits déjeuners appelé « crème Budwig », et sa méthode. Quoique pas mal critiquée (la méthode, tout comme moi d’ailleurs) j’en avais rien à faire, car enfin quelqu’un m’aidait ! Un médecin avait  une réponse, donc rien ni personne n’aurait pu m’arrêter (et ne m’arrête toujours pas). J’ai appris à vraiment me blinder.

J’ai suivi le programme à la lettre.

Ça a été super difficile.

Pourquoi ?

  • Parce qu’à ce moment là un magasin bio n’était pas aussi développé que maintenant.
  • Que j’étais prise d’une angoisse à chaque fois que je rentrais dans un supermarché (ce qui est toujours un peu le cas) parce que je ne mangeais plus ni lait de vache, sucre, gras et produits transformés ;
  • Que je devais prendre des compléments alimentaires, car plein de carences  ;
  • Et surtout j’étais complètement perdue. Je ne savais pas par quoi commencer,et  je ne savais pas cuisiner.

Donc en résumé, au démarrage, ça donnait ça :

  1. Crème budwig, du Dr Kousmine ;
  2. Trouver des fruits et légumes bio (et il y a 22 ans en Normandie c’était plutôt la galère), et surtout apprendre à cuisiner le plus simplement possible ! car mon éducation était boites de conserve et surgelés. Les seules fois où ma mère daignait cuisiner, c’était quand elle faisait Weight Watchers. Mais même les plats Weight étaient trop gras ou avec des laitages ;
  3. Compléments alimentaires
  4. et j’ai fait le vide autour de moi des gens toxiques dont mes parents… J’ai subit l’aliénation parentale avec ma mère, donc forcément quand j’ai commencé à me réveiller, il y a eu des dégâts collatéraux. Mais pour une fois je pensais à moi.

Donc déjà rien que ça, cela m’a permis de me relever. Je n’ai plus jamais eu de rhino de ma vie, presque instantanément, ni d’infection urinaire, même avec mes grossesses.

Et petit à petit, ma santé s’est réparée, en passant par l’état de ma peau, meilleure résistance aux microbes,  la digestion moins laborieuse etc. Ça a mis des années à se réparer.

Les migraines

Ça a été beaucoup plus long. Car j’ai eu beaucoup de mal à savoir pourquoi j’avais mal à la tête. Un jour j’ai découvert qu’en prenant du coca, les maux de têtes passaient dans la 1/2h. Du coup, j’ai utilisé cette méthode un moment. Pas génial je vous l’accorde, mais en attendant je préfère le coca à n’importe quel médicament qui ne fonctionnent pas.

Puis j’ai découvert qu’en fait, c’est lié à une perte d’énergie, souvent à cause d’un trop gros stress ou trop d’émotionmigraine ophtalmique, digestion, alimentation, stress. Mes migraines se règlent tout simplement quand je me rebooste.

Vous imaginez ?, j’ai eu des années de médicaments à cause de migraines violentes, tout ça parce que j’étais finalement trop stimulée émotionnellement parlant.

  • J’ai fait en 2010 une prise de sang pour connaitre mes intolérances alimentaires. Le résultat a été à la hauteur du prix. Beaucoup d’intolérances, mais surtout à cause d’une flore poreuse, certainement lié à gluten. J’ai fait tout le protocole, à savoir que j’ai du évincer les 52 aliments. Puis j’ai réintroduis doucement.
  • J’ai pris des probiotiques en même temps, avec l’aide d’une naturopathe.

Et depuis je remange tout et sans jamais plus être malade du tout.

La gestion de mes émotions est tout aussi important que l’alimentation, et est un autre parcours du combattant.

Voilà en gros mon parcours, vous en savez plus sur moi dorénavant, et peut-être que vous comprenez mieux pourquoi la santé pour moi a une énorme valeur, et surtout n’a pas de prix. Je peux trouver des produits chers, mais si ça a un intérêt pour ma santé, le prix je m’en fiche. Je préfère ne pas mettre de gasoil dans ma voiture, que de me priver d’un produit plus cher qui m’aide à me sentir encore mieux, c’est juste une question de priorité.

Inutile de vous dire que mes enfants ne sont jamais malades. Quand ils ont un rhume, c’est déjà trop pour eux.

PS : En écrivant cet article, quelqu’un m’a demandée comment j’avais fait avec mon  mari lol. J’adore cette question!

Vu que c’est lui qui m’a fait comprendre que j’étais franchement en mauvais état, il a suivi. Le pauvre, il a mangé des trucs tellement mauvais qu’il était le seul à le manger. A 24 ans, on venait de se rencontrer et il m’a aimée malade. Donc forcément il a été d’un énorme soutien. Sans lui je ne serai pas là pour partager mon témoignage avec vous.amour jeunesse global, amour, mariage, changement d'alimentation